Arrivés le samedi 1er août, 6 traileurs du Le...
Article mis en ligne le 14 août 2015

par LTC007
Imprimer logo imprimer

Arrivés le samedi 1er août, 6 traileurs du Teil Court sont venus se mesurer à ce magnifique parcours qu’offre le Courchevel x-trail.
A peine après avoir posé nos sacs, la pluie très présente nous a obligés à sortir nos protections de pluie, ce qui nous a inquiétés pour la course du lendemain.
Nous sommes allés retirer nos dossards, un peu intimidés par le côté "haute montagne" du trail sur lequel nous nous sommes engagés avec un départ à 4h du matin, une première pour la plupart d’entre nous. Le K2 prévu le samedi matin a été annulé pour cause de mauvais temps mais nous avons pu assister à la vertical race en fin d’après midi qui correspond à la montée des marches du tremplin olympique de 120m.
La préparation du repas du soir nous fait nous rendre compte qu’il ne restait que quelques heures avant le départ, la pression monte, tout le monde prépare ses affaires pour ne rien oublier et prendre le temps d’un bon petit déjeuner.
Réveil matinal à 2h du mat pour Sandrine et Philip, derniers préparatifs, vérification des sacs et concentration sur la tâche à accomplir. Pendant ce temps Coco et Damien finissent leur nuit pour un réveil vers 5h45 pendant que David et Jean-Claude viennent nous accompagner au départ de la course. La météo est bonne pour la journée, la température est douce et l’atmosphère humide. Plus de 220 coureurs sur le mythique parcours de 54km et 4400mD+, l’ambiance est sérieuse sur la ligne de départ, la première montée est balisée par des flambeaux , c’est magique. Nous sommes partis derniers et nous voyons le serpent de frontales s’enfoncer dans la nuit et petit à petit disparaître dans la forêt. Nous voilà partis pour une longue journée mais l’envie et le moral sont bien présents (un Motivex et deux Moraline au petit déj sur les conseils de Jérôme) et il en faut plus que ça pour nous décourager.
Dès le départ ça monte dur et l’air humide provoque une sudation abondante et rapide tandis que l’altitude augmente notre rythme cardiaque plus que la normale. Je peux vous dire que ça parle pas beaucoup dans les rangs !!! Après 1h de course nous avons pris notre souffle et nous réfléchissons à la gestion de l’effort.
L’ambiance est très agréable, spéciale, notre progression est régulière, seul le bruit des bâtons vient troubler le silence de la forêt, la nuit nous aide à nous concentrer et le temps passe vite. Nous sortons de la forêt et le jour se lève, tout simplement magnifique, on ne peut qu’apprécier ce moment privilégié, on a déjà oublié les 900m de dénivelé sur 9km et près de 2h de course pour atteindre le premier ravito au col de la Loze et la barrière horaire qui n’a pas épargnée les derniers coureurs. Le ton est donné.
Après un bref arrêt, nous rangeons la frontale et nous nous préparons pour les 200-300m de dénivelé pour atteindre le Rocher de la Loze à plus de 2500m et son panorama à 360, vue sur le Mont Blanc, époustouflant. On aperçoit le sommet de la Vizelle où nous attend le second ravito après une belle descente suivie de quelques 700m D+ plus haut.
Déjà le tiers de la course d’avalée, 18km pour 2000mD+ et 3h54 de course.
Pendant ce temps, Corinne et Damien se lancent sur le 33km et ses 2200mD+ à 7h45 tandis que David et Jean-Claude sont partis en rando sur le 33 vers 6h45 pour prendre un peu d’avance et accompagner ensuite nous 2 coureurs.
Sandrine et Philip continuent ensembles vers le col du Fruit et une ligne de crête splendide, nous sommes aux anges, on boit la magnificence du point de vue, on se sent petit et restons humbles face à ces sommets accidentés. Nous abordons prudemment une longue descente qui nous emmène en fond de vallée pour remonter un cours d’eau sur quelques km, c’est la première partie roulante du parcours....(excepté les descentes).
Les choses sérieuse reprennent, nous attaquons une longue montée au soleil vers le col de Chanrouge qui éprouve les organismes mais nous savons qu’il faut en garder sous le pied car l’accès au col du Râteau à près de 2700m se fait par un énorme pierrier. La progression est ralentie, on entend le bruit de l’eau sous les énormes rochers mais sans pouvoir la voir, ce n’est pas rassurant mais il faut avancer pour passer le col, aborder la descente technique avec le passage d’un névé en glissade sur les fesses !!! Et pouvoir passer la porte horaire située à la Petite Val et nous permettre de continuer sur le parcours original. Jean-Claude est venu à notre rencontre, une dizaine de minutes séparent Sandrine et Philip au pointage après environ 7h de course et 31km. Je décide de continuer seul tandis que JC accompagne Sandrine.
Pas le temps de souffler, plusieurs km et 500mD+ nous emmènent au sommet du trail au passage de Plassa à 2760m d’altitude en passant par le col des Saulces. Cela mérite une pause pour admirer le superbe cairn, la vue exceptionnelle, Courchevel d’un côté et Pralognan de l’autre avec la Grande Casse encore enneigée.
La descente est difficile encore dans les rochers, une grosse corde nous aide à passer l’énorme dalle du cachalot humide et donc très glissante. Les cuisses commencent à chauffer, les quadriceps sont très sollicités. Un bref arrêt pour enlever les cailloux et resserrer les chaussures avant d’attaquer l’avant dernière difficulté que représente le col de la Grande Pierre et le début de ce que tout coureur du Courchevel x-trail attend, les exceptionnelles crêtes du Montcharvet. L’émotion monte après 40km, ce passage des crêtes est salutaire, on va bientôt pouvoir accrocher notre nom sur la feuille de résultats !!!! La vue est encore une fois à couper le souffle, la Grande Casse sur la droite, la Dent du Villard (dernière ascension) en face et au fond à gauche 900mD- plus bas, le dernier ravito au lac de la Rosière.
Je profite de ce moment, seul sur les crêtes, on croise quelques randonneurs faisant leur pause déjeuner et regardant surpris les traileurs courant sur cet étroit chemin. Ce n’est pas le moment de relâcher l’effort, il reste la montée de la Dent du Villard par le col de la Chal qui fait mal aux cuisses, il fait chaud et ça commence à être dur. Je n’ai plus envi de profiter de la vue, j’ai hâte de rejoindre le lac et bénéficier d’une pause pour bien me ravitailler et finir en bonne forme. Plus de 6km de descente sur un sentier facile mais éprouvant mentalement et musculairement me sépare de la dernière barrière horaire. C’est interminable mais quel bonheur en arrivant, les bénévoles nous applaudissent, souriant, serviables, c’est le moment de souffler et d’apprécier tout le chemin parcouru et les difficultés surmontées.
Les derniers km se font en forêt, extra, le sourire aux lèvres, Corinne, Damien et David sont là pour me féliciter quelques centaines de mètres avant l’arrivée.
C’est la libération, la fierté d’y être arrivé, avoir réussi à surmonter ce parcours difficile et pouvoir finir avec une belle foulée et encore en forme apres 12h08 min de course. Seules la chaleur et la déshydratation m’ont tiré les traits du visage.
Sandrine arrive quelques dizaines de minutes plus tard, heureuse, en 12h49 min avec Jean-Claude en prenant une belle revanche et en inscrivant son nom sur un très beau parcours alliant distance, dénivelé et altitude. Un très beau souvenir.
Sur le 33km et plusieurs heures avant !! Damien termine en 5h03 min, Corinne en 5h39 min avec David, revenu de blessure et rempli d’émotion.
Bonne représentation des coureurs du Le Teil Court, tous finishers !!!! Et tous époustouflés par la beauté du parcours et de ses sommets. Une des plus belles courses jamais faite.
A faire......

Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique

0 | 5

TDS
le 4 septembre 2015
par LTC007
Trail du Galibier
le 4 septembre 2015
par LTC007
Les 6 jours de Privas
le 23 août 2015
par LTC007
Semi du Ventoux
le 20 août 2015
par LTC007
Ronde d’Alba La Romaine
le 8 juillet 2015
par LTC007

Événements à venir



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.76.2