Recit de Philip sur le 90km du Mont Blanc
Article mis en ligne le 16 août 2018
dernière modification le 17 août 2018

par DELA007
logo imprimer

Les deux semaines les plus importantes pour un traileur sont celle de fin juin et celle de fin août. Deux rendez-vous qui passionnent et qui font vibrer des milliers de trailleurs.
Le Teil Court ne pouvait pas manquer ce sommet du trail, connu, reconnu et toujours aussi convoité.

C’est toujours avec autant d’envie et d’émotion que nous nous sommes lancés ce défi un peu fou, de participer au 91km du Mont Blanc et ses 6200mD+, je parle bien sûr de Sandrine, David, Sébastien et Philip.

La préparation a été difficile, plus ou moins régulière pour certains !!! Composée de nombreuses heures d’entraînement, de repos, de blessures, de douleurs et de doute.
Il faut bien analyser le profil pour se rendre compte que les montées sont longues mais les descentes aussi !!!! Mais peu de temps est nécessaire pour voir que les parties roulantes sont moins nombreuses que les ravitaillements !!

Peu importe, c’est décidé et rien ne nous a jamais arrêté.
Nous arrivons donc à Chamonix le mardi après midi pour un départ de course le vendredi. Il est important de s’imprégner de l’atmosphère qui règne avant d’ouvrir le bal !!! C’est l’occasion de s’acclimater et de faire quelques courses pour la semaine. Je ne donnerai pas à nos entraîneurs le secret d’un régime et d’une alimentation exceptionnelle, de notre petit groupe, mais après 2 pack de bières et une bouteille de Limoncello, l’heure est venue d’aller chercher le dossard.
On traverse la rue principale de Cham en direction du village, où les stands des marques font légion. On arrive enfin au dernier. Des bénévoles au top, très nombreux pour nous accueillir. Contrôle des sacs, remise du césame et on repart avec déjà l’envie d’être sous l’arche de départ.

La nuit précédent une course n’est jamais la meilleure. On se couche à 23h pour un réveil à 2h30. Tout se passe bien mais la tension se lit sur les visages. Petit déjeuner comme d’habitude, derniers préparatifs et prêts sur la ligne à 3h40, 20 min avant le départ.
Nous sommes un peu plus de mille, les bâtons sont sortis, les frontales allumées, les t-shirts obligatoires avec des températures qui seront chaudes durant la journée.
La voix du trail, Ludovic Collet, est là, toujours au rendez-vous.
Une surprise vient congratuler ce moment, Corinne et Damien nous ont fait l’honneur et le privilège de nous faire la surprise d’être présents au départ de notre course !!!!
Après les recommandations habituelles, voilà la musique de la délivrance.....AC-DC... sensations indescriptibles mais qui transforment n’importe quel agneau en loup !!!!

Les tac-tic de course sont différentes pour chacun de nous, prudence ou désireux d’être dans le bon wagon pour la premier montée au Brévent (1400mD+ pour 10km).
De toute façon, pour nous, la course se gagne par élimination !!! Mais personnellement je préfère avoir un peu plus d’avance sur les barrières horaires qui s’annoncent serrées. Je pars léger en eau car la montée de nuit sera relativement rapide.

Les 2 premiers km servent à étirer les coureurs avant le monotrace. La montée du Brévent est magnifique, les 3/4 se font de nuit, Chamonix éclairée, le lever du soleil sur le Mont Blanc, rendent l’ascension magique et de toute beauté. Passage au refuge Bellachat, arrivée et check point au Brévent. 20 min d’avance par rapport à 2016 et tout va bien. 2km de descente dans la neige et 1er ravito à Planpraz. Le temps de reprendre de l’eau et on repart. Planpraz-la Flégère est vallonné et se court très bien. Nous montons ensuite à tête aux vents, 2ème check point avant la grosse descente vers le Buet au km28. J’arrive avec 1h30 d’avance sur la barrière horaire, confortable, Audrey, qui m’accompagne et me fait l’assistance, n’est pas là !! J’ai 30 min d’avance sur mes précisons !! Aucune importance, tout va très bien. 2ème montée (650mD+) vers la Loriaz avant la descente au Mollard.

Tout le monde est là pour m’accueillir, Audrey, Corinne et Damien. Je prends le temps de faire les réserves en eau et de me ravitailler avant la terrible montée du col du Passet (750mD+) ui nous amène au magnifique site du barrage d’Emosson en Suisse au km44. Environ le milieu de course et 3500mD+ parcourus et 2h15 d’avance sur la barrière horaire.
Une photo avec les copains qui participent au marathon le dimanche et hop on se ravitaille. Audrey est là, elle a tout prévu, hydratation, alimentation, même l’ombre avec le parapluie !!! Le site est exceptionnel, l’assistance est assurément meilleure que les élites et tout va bien, changement de chaussettes et ça repart.
Je n’ai pas à ce stade les temps des copains.

La descente est pour ma part technique, 4-5km mais pas réellement roulante. Check point et léger point d’eau jusqu’au Essert, qui coupe en 2 la montée (1000-1200mD+) en plein soleil vers Catogne.
La montée de la tête de l’Arolette ne se fera pas pour cause de conditions d’enneigement trop dangereuse.
J’arrive au Tour avec 3h d’avance sur la barrière horaire. Je prends le temps de me ravitailler, Audrey, Corinne et Damien sont là, tout va encore pour le mieux. Encore une fois, Audrey me fait un ravitaillement digne des meilleurs coureurs, l’alimentation et l’hydratation se passent bien, contrôle des sacs avant de repartir.

Entre temps j’apprends que Sandrine n’a pas passé la barrière horaire au Chatelard. Dommage car elle était vraiment très bien au barrage d’Emosson et avait toutes les capacités et la forme requise pour continuer.
Je propose à Jean-Claude de m’accompagner pour les 20 derniers km.

Les 10km jusqu’au Bois ne se passeront pas aussi bien que prévu. D’un profil roulant et descendant, je ne parviens pas à courir que je voudrais. Peu importe, Audrey vient me chercher avant le ravitaillement et cela me remonte le moral. Changement intégral, chaussettes, chaussure, short et t-shirt, ravitaillement complet et je repars avec Jean-Claude.

Dernière ascension, pas la moindre (800-900mD+), pour arriver à l’arrivée du Montenvert, dernier ravito complet 80km. Notre avance sur le parcours nous permet de voir la mer de glace de jour !! C’est super !! Je suis très heureux d’être là pour profiter du spectacle et de pouvoir le faire découvrir à Jean-Claude.
Ravitaillement rapide et on repart. J’ai froid, la fatigue sans doute, on court un peu et le corps se réchauffe. Jean-Claude émet l’hypothèse de finir en moins de 20 heures, c’est ce que je visais mais je n’y crois pas à ce moment de la course, je ne cours plus, on se fait remonter par quelques coureurs entre le Montenvert et la plan de l’aiguille. Ce sont les 5 km les plus long de la course même si on marche d’un bon rythme.
Entre chiens et loups on parvient au dernier ravito léger de la course 84km, les frontales sont déjà allumées, on voit l’arrivée et Chamonix 1000mD+ plus bas !!!! Il ne reste plus que 7km, dans ma tête, ils seront les plus longs de la course.

On commence à descendre, difficilement comme prévu, descente raide entrecoupée de racines, de pierres et de virages serrés, mais petit à petit, les jambes acceptent la descente, Jean-Claude m’encourage et ça fonctionne cette fois, je serre les dents et on récupère entre 20 et 30 traileurs avant d’arriver sur le bitume à 1km de l’arche d’arrivée.

Une fois encore, Jean-Claude m’incite à accélérer, on finit au sprint !!! Enfin un sprint après un 90km en montagne !! Mais pas loin de 5min/km !!! Merci beaucoup car je ne pensais pas être capable d’y arriver.

Je passe la ligne d’arrivée avec le sourire et 20min d’avance sur mes espérances !!! Tout le monde est là pour m’accueillir, je tombe dans les bras d’Audrey qui m’a suivi durant toute la course, m’a encouragé, soutenu et ressenti toutes mes émotions à chaque instant.

Une course qui pour moi reste une énorme réussite du début à la fin, grâce à Audrey principalement et avec certitude, à Jean-Claude pour ces 20 derniers km avec qui on a pas arrêté de parler !!, grâce à tous les encouragements que j’ai reçu.

Un énorme merci à Audrey, aux coureurs du Teil Court qui sont venus sur la course pour nous encourager.

À tous les passionnés, le 90km du MB est une course exceptionnelle, elle demande une bonne préparation et une bonne analyse du profil. C’est une course qui vaut celles de la semaine de l’UTMB. Vous allez vous régaler !!!!

Alors n’attendez plus pour vous inscrire !!!!!!!!

Philip Martin


Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique

0 | 5

Les Rondes Charolaises
le 16 septembre 2018
par DELA007
Marathon de l’Ardèche
le 4 septembre 2018
par DELA007
L’echappée Belle
le 4 septembre 2018
par DELA007
Semaine Chamonix
le 4 septembre 2018
par DELA007
UT4M
le 4 septembre 2018
par DELA007

Événements à venir

Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.0.99